Paris Fashion Azzaro

Fashion: le retour d’Azzaro Couture

8

Si la griffe Azzaro qui a connu ses heures de gloire grâce au savoir-faire de son fondateur Loris Azzaro (en 1967), les rayons du soleil de la mode, ne dardaient guère plus vraiment sur le glamour longtemps affirmer de la garde robe maison. Ainsi, les parfums détenus par le groupe français de cosmétiques Clarins, ont peu à peu relégués la couture au second plan.  Las, la marque renaît doucement de ses cendres, multipliant les investissements depuis 2013.  Avant de poursuivre, un petit retour en arrière s’impose. C’est en 2003, que la société Loris Azzaro fut cédée à la Compagnie Financière Frey (lors du décès de son fondateur) avant d’être rachetée en 2006 par le fonds d’investissement espagnol Reig Capital Group. Succédant à Vanessa Seward, il y a trois ans de cela, Alvaro Castejón et Arnaud Maillard, prirent la direction des collections femme. Le résultat, des collections fraîches, résolument évaporées, renouant avec l’esprit méditerranéen du fondateur de la maison. Cette première étape s’avérant concluante, Azzaro poursuit son développement en déposant une demande d’intégration à la Chambre syndicale de la haute couture, pour accéder à son calendrier officiel. L’autre étape consiste à réouvrir la boutique historique du 65, rue du Faubourg-Saint-Honoré (face au Bristol), intégrant un futur salon de couture et des ateliers où les clientes pourront se rendre sur invitation et/ou sur rendez-vous. Le reste de l’espace fait aussi peau neuve, mêlant miroirs, les chromes, l’argent, la laque, le noir et le blanc, le tout nimbé de lumière. En marge de la renaissance de la femme, il se murmure que le Reig Capital Group, a décidé de relancer l’homme dans un futur proche. Logique si l’on sait que la marque vient de remanier entièrement son corner des Galeries Lafayette Homme, affirmant par communiqué de presse « la masculinité contemporaine, libre et assumée, de l’homme Azzaro ». Affaire à suivre donc…




Il n'y a aucun commentaire

Ajoutez le vôtre