pavillon_muette-particule-deluxe

Culture: renaissance du pavillon de La Muette

9

Il était une fois un pavillon au bois dormant. C’est ainsi, que pourrait commencer l’histoire du pavillon de La Muette, qualifié de Trianon de Saint-Germain-en-Laye. Ayant connu ses heures de gloire en accueillant les chasses royales sous les règnes de Louis XV et Louis XVI, il fut peu à peu délaissé, puis abandonné. Niché au coeur de la forêt de Saint-Germain, ce lieu d’exception a repris vie grâce à deux passionnés, qui après presque quarante ans d’abandon total, l’ont racheté à l’Etat français, il y a deux ans de cela. Ainsi, Frédéric Journes et Hristo Mavrev, les nouveaux propriétaires qui après avoir mis la main poche, ont du retrousser leurs manches après l’acquisition de ce bien. Songez plutôt… A la découverte des lieux, il a fallu évacuer pas moins de 30 cm de fientes, 20 cm de gravats, des carreaux de faïence brisés, traiter des lambris et des boiseries rongés par la mérule (champignon dévastateur). Si la liste des travaux de restauration et de rénovation est longue, les deux compères ne manquent ni d’entrain, ni de volonté, pour redonner de sa superbe aux lieux. Si la facture totale de cette restauration s’élève à 4 M€, Frédéric Journes et Hristo Mavrev, ne manquent pas d’idées pour y parvenir. C’est que le pavillon de La Muette est un « invalide » qui mérite que l’on s’attarde à son histoire – intimement – liée à celle de nos souverains. Il fut bâti selon les plans d’Ange-Jacques Gabriel, architecte majeur du XVIIIe siècle (Compiègne, le Petit Trianon) sous Louis XV et sur les vestiges d’un château érigé pour François Ier en 1542. Fort utilisé par Louis XV qui aimait à y faire des haltes durant ses chasses hivernales, c’est Napoléon Ier qui en achèvera les travaux (à distance et pendant la campagne de Russie) pour s’y reposer avec sa seconde épouse Marie-Louise d’Autriche. Si les régimes changent, l’engouement de nos monarques ne faiblit pas, puisque le roi Louis-Philippe fait restaurer le bâtiment en 1832 et que Napoléon III y convia la Reine Victoria à déjeuner. La chute du Second empire marquera le long déclin des lieux, jusqu’en 1984, date à laquelle l’Office National des Forêts (ONF), « hérite » des lieux sans en avoir l’usage. Le pavillon de La Muette poursuit sa longue agonie: plus d’électricité, plus de chauffage, le plafond s’effondrant même en 1994, jusqu’à ce que ses nouveaux propriétaires l’acquièrent. Alors, si vous souhaitez participer au sauvetage de La Muette, sachez qu’il est désormais ouvert au public, avec le soutien de la DRAC (Direction régionale des Affaires Culturelles d’Ile-de-France). Informations et horaires d’ouverture: www.pavillondelamuette.fr




Il est 1 commentaire

Ajoutez le vôtre
  1. Frederic Journes

    Merci de vote article si positit et qui nous donne du coeur à l’ouvrage. N’hesitez pas a nous contacter pour encourager groupes et associations à vernier decouvrir le pavillon ou y proposer des activités : il faut qu’il vive!
    Fj et hm


Laisser un commentaire